Catégories
Autre membres du personnel COQES

Dans notre mire | Mes débuts personnels dans l’apprentissage en ligne

Dans notre mire met en valeur des membres du personnel et blogueurs invités du COQES qui présentent leur point de vue unique sur les tendances, les nouvelles idées et les questions délicates relatives à l’enseignement supérieur.  Les opinions exprimées n’engagent que les auteurs.
Nombreuses sont les personnes ayant des opinions tranchées sur l’apprentissage en ligne; toutefois, peu d’entre elles s’y sont véritablement investies. Traitez moi d’optimiste ou de cynique curieuse si cela vous chante, mais j’ai pris la décision de suivre des cours en ligne et je vous relaterai mes pensées, sentiments et luttes s’y rapportant dans une série de blogues.
Le phénomène de l’apprentissage en ligne résulte essentiellement de la création d’OpenCourseWare (OCW), initiative permettant le partage gratuit en ligne du matériel didactique des cours d’études supérieures. C’est en 2002, année où le MIT a lancé OpenCourseWare, qu’OCW est devenu populaire. Depuis ce temps, il y a eu foisonnement des options dans le monde virtuel, allant des établissements virtuels qui décernent des grades aux partenariats entre institutions bien établies qui proposent une vaste gamme d’options d’apprentissage en ligne à des destinataires mondiaux. Mes expériences en la matière ne se rapporteront qu’à ce dernier point.
Comme la plupart des gens de mon âge, mon attachement à Internet remonte à l’école primaire où j’ai joué à des jeux interactifs, comme Oregon Trail. De plus, avant de m’inscrire aux cours en ligne, je semblais ignorer que l’utilisation des sites Web relatifs aux médias sociaux comme moyen de demeurer branché et de communiquer avec mes amis puisse un jour me hanter. De fait, je me rallie sans réserve au concept de communauté en ligne, et j’ai hâte de voir en quoi les sites Web liés à l’apprentissage en ligne et aux médias sociaux façonneront et modifieront les études supérieures et le milieu de travail des générations de l’avenir.
Ces dernières années, tant en ligne que dans le monde réel, on a fait beaucoup de battage autour de l’utilisation des salles de classe virtuelles pour ajouter à l’apprentissage. En réalité, les étudiants à l’heure actuelle sont beaucoup plus branchés que jamais auparavant, malgré les assertions selon lesquelles Internet a pour effet d’isoler les particuliers du monde extérieur et de diluer le véritable apprentissage. En vérité, nous avons besoin d’être branchés, car le fait d’être branchés à de la matière et des ressources en quantité infinie constitue véritablement l’un des meilleurs moyens par lesquels nous pouvons continuer de faire face aux exigences croissantes dont notre génération fait l’objet.
Dans la même veine, de nombreux observateurs avancent que les étudiants à l’heure actuelle sont plus paresseux que jamais, ce à quoi je ferais valoir que les attentes à leur égard ont crû de façon exponentielle. D’ailleurs, je ne cesse d’être fasciné par le degré d’engagement et de passion qu’apportent les membres de ma génération dans tous les secteurs. Les étudiants à l’heure actuelle doivent maîtriser non seulement leur matière, mais celle en lien avec de nombreux autres domaines. En tant qu’étudiante à la maîtrise en science politique à l’Université de Toronto, je ne suis pas simplement perçue comme une spécialiste des sciences sociales : je dois également être versée dans les langues étrangères, la statistique, l’informatique et la technologie, de même que les sciences de la vie et de la santé par dessus le marché! On s’attend des étudiants à l’heure actuelle qui postulent un emploi de premier échelon qu’ils possèdent des titres d’études supérieures s’ajoutant aux années d’expérience professionnelle pertinente. Dans un contexte où les exigences ou prérequis ne cessent de s’accumuler, l’apprentissage en ligne peut donner aux étudiants une occasion abordable de perfectionner les aptitudes nécessaires qui ne font pas nécessairement partie de leur cheminement actuel à l’université.
Bien qu’il y ait plusieurs options de cours en ligne, j’ai opté pour Coursera sur recommandation d’un ami. J’ai été immédiatement attirée par la variété des cours offerts et leur matière exceptionnelle. De tels cours se révèlent particulièrement attrayants pour celles et ceux qui souhaitent peaufiner leurs aptitudes en méthode quantitative, voire approfondir un domaine que leur institution d’enseignement supérieur ne propose pas en informatique, en mathématiques et statistique, en soins de la santé, en administration des affaires et en information.
Mon blogue portera sur les expériences que je vis dans un cours ayant pour thème la politique des soins de santé et la loi sur les soins abordables. Ce cours est donné par le professeur Ezekiel Emanuel de l’Université de la Pennsylvanie. L’évaluation découle des travaux hebdomadaires tirés des enseignements et lectures en classe, lesquels sont ensuite évalués par les pairs. L’ensemble des enseignements et lectures se trouve dans le site Web du cours. Comme le titre de ce cours semble indiquer, la matière se rapporte à la politique des soins de santé aux États Unis, mais du contenu est également tiré de comparaisons à l’échelle mondiale. En huit semaines seulement, le professeur Emanuel donnera des séances d’enseignement allant d’un aperçu de l’état actuel de la politique des soins de santé aux États Unis jusqu’à une discussion approfondie de la loi sur les soins abordables en guise de conclusion. Pareille discussion ne pouvait tomber à un meilleur moment puisque la Cour suprême des États Unis a statué récemment sur le caractère constitutionnel de cette loi dans l’affaire National Federation of Independent Business v. Sebelius.
À vrai dire, je ne sais trop à quoi m’attendre quant à l’ampleur et à l’étendue de ce cours de huit semaines ou à l’expérience globale de la présence à des cours entièrement en ligne. Jusqu’à maintenant, des éléments d’apprentissage en ligne ont toujours fait partie de mes études, mais il me reste à vivre l’expérience d’un cours entièrement virtuel auquel assistent des milliers de condisciples partout dans le monde. Parce que je m’attends à ce que les discussions soient enflammées et diversifiées, à l’exemple du peuple américain, j’ai plus que hâte à leur tenue. Je vous communiquerai prochainement mes expériences les plus récentes à ce chapitre. Dans l’intervalle, je vous invite à remettre en cause vous même mes assertions en vous inscrivant à l’un des cours gratuits!
-Lauren Hudak, stagiaire à la recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *