Catégories
Autre membres du personnel COQES Harvey Weingarten

Le COQES – Financement des universités : un nouveau modèle peut-il améliorer les résultats?

L’argent est roi. Les universités de l’Ontario dépendent de sources de revenus externes pour s’acquitter de leur mission d’enseignement et de recherche. Le gouvernement est une importante source de financement, mais il est tenu d’atteindre les objectifs de politique publique et d’exercer une gouvernance judicieuse de ses investissements. Donc, la formule de financement compte, car c’est le mécanisme qui permet d’harmoniser et d’atteindre les objectifs tant du gouvernement que des établissements d’enseignement.

Le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES) s’attarde depuis un certain temps aux formules de financement. Son Comité d’experts, qui a examiné la première série d’ententes de mandat stratégiques provinciales, a tiré la conclusion suivante : « Dès que les politiques auront été élaborées et acceptées, les instruments de choix pour leur mise en œuvre demeureront les formules de financement ». En 2012, nous sommes allés à Nashville et nous avons vu de première main ce qui était possible. Du jour au lendemain, l’État du Tennessee a changé de cap, renonçant au modèle de financement en fonction de l’effectif pour adopter un modèle axé sur les résultats.

L’Ontario a lancé un examen des formules de financement des universités, mais il ne nous revient pas d’en prédire l’issue. Nous pouvons seulement imaginer la gamme de possibilités. Conserverons-nous les méthodes éprouvées en osant à peine les modifier? Faut-il tailler une plus grande part de gâteau ou adopter une nouvelle approchée axée sur les résultats? Voilà matière à réflexion.

Pourquoi ne pas commencer par le commencement et remettre les choses en contexte en répondant à quelques questions. Quelle est la fraction des recettes d’une université que procure le modèle de financement provincial? Un quart. Parmi les trois principales sources de financement d’une université : le modèle provincial, les droits de scolarité et le financement de la recherche, laquelle est la plus importante? Assurément, les droits de scolarité. Quel succès le gouvernement et les universités de l’Ontario ont-ils remporté grâce au modèle de financement? La première place pour le nombre d’inscriptions. À quoi les universités affectent-elles les fonds qu’elles reçoivent du gouvernement? Indice : pas seulement à l’enseignement. Que faudra-t-il faire pour susciter le changement en actionnant ce mécanisme? C’est un levier relativement petit, donc vaut mieux l’appuyer fermement. Notre document d’information Modèle de financement des universités ontariennes en contexte donne des détails à ce sujet.

Certains disent que le modèle de financement actuel représente une trop petite part du gâteau pour qu’il importe vraiment. D’autres affirment que la part est trop substantielle pour qu’on bouscule le modèle. À notre avis, la taille est tout à fait adéquate pour que ce mécanisme directeur nous conduise résolument à… eh bien, l’issue dont décidera l’Ontario.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.