Catégories
Fiona Deller

Fiona Deller – Chronique « À lire » No. 3 : Futurs dystopiques, nouvelles en matière de technologie éducative et responsabilité sociale des universités

L’une des nombreuses activités de l’équipe du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES) consiste à se tenir au courant des tendances. Nous nous efforçons de rester au fait des recherches les plus récentes ainsi que des commentaires médiatiques, des livres pertinents et des opinions émises dans la blogosphère. Nous lisons tout ce qui s’écrit : le bon comme le moins bon, le contenu qui prête à controverse comme le contenu terne.Depuis mon dernier billet, Clay Shirky a rédigé un article à propos de l’histoire et de l’avenir de l’enseignement supérieur. Cet écrit a suscité un certain nombre de réponses réfléchies et drôles, notamment ce billet dans le blogue Inside Higher Ed et celui-ci, rédigé par l’excellente Tressie McMillan Cottom. Certaines réponses font même référence à David Bowie, ce qui n’est pas rien!

Les futurs dystopiques semblent très à la mode en ce moment. On trouve notamment dans le Times Higher Education une amusante satire sur la surévaluation des professeurs. Dans un autre article, le Times semble toutefois avancer qu’une trop grande insistance sur l’enseignement des compétences nécessaires pour le marché du travail pourrait déboucher sur un avenir où le plaisir n’a plus sa place. Grand dieu. C’est vrai que c’est hilarant d’être au chômage.

En parlant de changement, un autre article paru dans Inside Higher Ed porte sur les projections du profil démographique des étudiants et sur ce qu’elles signifient pour l’enseignement postsecondaire. Le projet Living and Learning in 2034 est également axé sur les besoins et l’expérience des étudiants et sur la façon dont la situation pourrait évoluer au fil du temps. Pour les spécialistes de la technologie éducative, quelques actualités intéressantes à souligner : EDUCAUSE et un consortium d’universités et de collèges des États-Unis ont publié un rapport sur les tendances émergentes en matière de technologie éducative. Si vous n’étiez pas au British Education and Training Technology Show, voici un résumé des idées technologiques qui pourraient transformer l’enseignement supérieur. Toujours sur le plan prospectif, le spécialiste de la technologie éducative Mark Smithers présente ses prédictions pour 2014.

Sur la liste des moyens créatifs (mais allant peut-être parfois à l’encontre de l’intention initiale) de promouvoir les MOOC : Harvard offre maintenant des MOOC réservés exclusivement à ses anciens.

Cela remonte déjà à quelques semaines, mais si vous vous intéressez toujours au Discours sur l’état de l’Union des États Unis et sur ce qu’il signifie pour l’enseignement postsecondaire, lisez cet article de la firme University Ventures, qui tient l’un des blogs les plus amusants et agréables à lire sur ce qui se passe aux États-Unis. Voilà une idée intéressante : l’enseignement gratuit durant les deux premières années de collège. Hmmmm… ça me rappelle une province canadienne que je connais.

J’ai toujours aimé les guides pratiques, particulièrement lorsqu’ils contiennent des résumés graphiques, comme celui-ci qui décrit les cinq étapes simples de l’apprentissage fondé sur les compétences. Ce qui m’amène à parler de compétences : j’ai constaté récemment une tendance à la hausse du nombre d’articles à propos des habiletés transférables, soit les habiletés de la vie courante, comme celui-ci sur la créativité, paru dans le New York Times. Je vous parlerai davantage de cette question quand j’aurai fini de lire le bouquin de Paul Tough sur l’importance de manger son gruau. Je vous dirai aussi ce que je pense de l’ouvrage How College Works, qui me paraît également intéressant.

Que pensez-vous de l’instauration de normes internationales pour l’enseignement postsecondaire? Les organismes d’agrément partagent leurs points de vue dans cet article du Chronicle of Higher Education (réservé aux abonnés). Par ailleurs, le magazine Affaires universitaires de l’AUCC lance une nouvelle chronique consacrée aux questions intéressant les membres du corps professoral à contrat et les chargés de cours.

Le Royaume-Uni observe avec grand intérêt l’Allemagne, qui se prépare à abolir les frais de scolarité moins d’une décennie après les avoir instaurés. Un article du Times Higher Education explore ce renversement qui fait les manchettes. Autre sujet de l’heure : le milieu postsecondaire actuel est-il mûr pour une intensification de l’apprentissage en ligne? University World News fournit des données (provenant des États Unis) à l’appui du débat.

Enfin, dans le contexte de l’éternel débat à propos de l’équilibre entre les avantages économiques et sociaux de l’éducation sur le plan individuel, il est rafraîchissant de lire un article sur les responsabilités de l’université en tant qu’institution pour l’engagement communautaire et le changement social.

Bonne lecture!

-Fiona Deller

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *