Catégories
Martin Hicks

Martin Hicks – La croissance pour la croissance?

Martin Hicks
Martin Hicks, directeur des données et des statistiques

En Ontario, la prévision des inscriptions aux études supérieures est une activité importante. Cela n’a rien de surprenant : l’augmentation du nombre d’inscriptions apporte de l’argent aux établissements, génère des investissements publics et signifie pour les Ontariens des taux de participation et de réussite toujours plus élevés.

Quel sera dans dix ans le nombre d’inscriptions au niveau postsecondaire en Ontario et comment devrions‑nous nous y préparer? Pour répondre à ces questions, nous nous tournons vers les prévisions. Au cours des décennies, la lecture de leurs entrailles nous a guidés à travers le baby-boom, l’augmentation de la participation des femmes, l’après baby-boom et l’évolution vers la maturité de la massification de l’enseignement supérieur.

L’adaptation à ces phénomènes est un accomplissement dont nous nous réjouissons. L’Ontario est un chef de file mondial en ce qui concerne la proportion d’adultes détenant un diplôme d’études postsecondaires. Presque tous les budgets de l’Ontario applaudissent la croissance et prévoient de nouveaux investissements pour qu’elle se poursuive, même si les hauts fonctionnaires du ministère des Finances se demandent comment nous pourrons nous le permettre.

Les prévisions les plus récentes tentent d’anticiper le comportement de la génération de l’après, l’après baby-boom. On prévoit que la croissance se poursuivra après un bref hiatus (de 5 à 10 ans).

Bien que cette information soit intéressante, il n’est plus nécessaire que l’avenir nous soit prédit. La croissance du nombre d’inscriptions n’est pas une chose inévitable qui se produit quelque part et face à laquelle le gouvernement et les établissements ne peuvent répondre que passivement. La décision de croître ou ne pas croître est exactement ça : une décision.

L’Ontario, dont les niveaux de scolarité des adultes sont parmi les plus élevés au monde, devrait considérer une gamme d’options plutôt que d’accepter passivement une série de prévisions qui extrapolent les tendances des données démographiques et des taux de participation. N’en sommes nous pas au point où nous devrions d’une manière informée et intelligente décider consciemment et délibérément de la taille que nous souhaitons pour notre système d’enseignement postsecondaire public et faire de cette décision notre politique provinciale en matière d’inscriptions?

Certains diront qu’un plus grand nombre d’inscriptions est en fait la meilleure politique. Ils soutiendront que l’objectif optimal d’une telle politique est un taux de participation de 100 % – l’éducation supérieure pour tous. Voici quels sont les problèmes liés à un tel objectif :

  • Cette politique n’a pas de raison d’être. Nous n’avons pas besoin de l’universalité pour satisfaire aux exigences du marché du travail. Rien n’indique que tous les emplois requièrent des études supérieures. Nous n’en avons pas besoin pour pousser les personnes vers le haut de la courbe des revenus – si tout le monde fait des études postsecondaires, cet avantage n’existe plus. Nous dépasserions très rapidement le taux de participation de 100 % alors que les Ontariens se démèneraient pour obtenir plus d’un titre afin de se distinguer des autres. Nous n’en avons pas besoin pour des raisons d’équité sociale, l’équité existe lorsque l’on s’efforce activement d’égaliser les chances pour tous, pas en inondant passivement le marché avec encore plus de places.
  • Malgré ces observations, si nous avions des ressources illimitées, nous pourrions aller de l’avant et continuer de toute façon d’augmenter le nombre d’inscriptions. Mais nous sommes à court d’argent.
  • Il existe d’autres priorités auxquelles nous savons que nous devons accorder notre attention. Le même rapport de l’OCDE qui classe l’Ontario parmi les leaders mondiaux pour ce qui est du taux d’obtention de diplômes postsecondaires chez les jeunes adultes (les 25 à 34 ans), situe toutefois ces jeunes diplômés au milieu indistinct du peloton au chapitre de la littératie et de la numératie. Le gouvernement de l’Ontario indique clairement que la qualité et une meilleure expérience étudiante deviennent ses priorités.

Soins de santé universels? Oui. Éducation élémentaire et secondaire pour tous? Il va sans dire. Enseignement supérieur pour tous? Pas si vite. Puisque nous avons déjà atteint des taux de diplomation des adultes supérieurs à l’échelle mondiale, nous devrions peut-être déclarer victoire et axer notre politique sur des priorités, telles l’amélioration de la qualité de l’expérience postsecondaire et la compétitivité mondiale de nos établissements postsecondaires, plutôt que sur l’augmentation continue du nombre d’inscriptions.

Martin Hicks est directeur des données et des statistiques au COQES.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *