Catégories
Autre membres du personnel COQES

Matt Ross – Propager la cause de l’enseignement supérieur

Matt Ross, agent des communications en matière de recherche

En ma qualité de diplômé ès journalisme et d’adepte des journaux depuis de nombreuses années, il m’arrive certains jours d’avoir l’air morose. Les pertes d’emploi, les compressions et la « numérisation totale » de journaux ayant naguère plusieurs cahiers sont désormais monnaie courante. De plus, à l’exemple des journaux, la couverture médiatique des enjeux de l’enseignement supérieur diminue également. En effet, selon un nouveau rapport du COQES, cette couverture régresse de façon considérable depuis le milieu des années 2000.

L’enseignement postsecondaire est un sujet épineux pour les médias. Il s’agit d’un secteur vaste et varié qui n’est pas toujours facile à comprendre rapidement. Dans un contexte où de moins en moins de reporters vont sur le terrain de l’enseignement supérieur et s’imprègnent pleinement de ce secteur exceptionnel, la tenue de discussions éclairées, nuancées et perspicaces sur les enjeux de niveau postsecondaire s’en trouve véritablement compliquée.

La solution? À l’heure actuelle, tout le monde œuvre dans les communications. Le corps professoral? L’administration? Les chercheurs? La population étudiante? Bienvenue dans le monde merveilleux des relations publiques et des communications. Peut‑être que le titre de votre poste ne comporte pas la mention « spécialiste des communications », mais il est désormais essentiel que vous assumiez un rôle actif afin de propager la cause de l’enseignement supérieur. Pour en arriver à un dialogue public éclairé sur l’amélioration de l’expérience vécue dans l’enseignement postsecondaire, vous n’avez pas le choix. Mais qu’est‑ce que ça veut dire dans les faits? Ça veut dire que vous devez trouver votre propre public et créer des occasions de faire connaître votre point de vue, sans quoi vous passerez inaperçu.

Ça veut également dire que vous devez constituer votre propre trousse d’outils de propagation. Pour ce faire, vous devrez consacrer du temps à l’amélioration et au ciblage de vos aptitudes en communication écrite et verbale, de même que réfléchir à l’utilisation des graphiques, d’une présence sur le Web et des médias sociaux. Le meilleur conseil que je puisse donner à ce sujet se rapporte au métier de journaliste : se servir d’un vocabulaire qui invite les profanes à en apprendre sur la complexité de l’enseignement postsecondaire, plutôt que de recourir à un jargon ou un vocabulaire sectoriel qui sert de code d’exclusion. La propagation est un talent plus en demande que jamais.

Je donne peut‑être l’impression d’avancer qu’il est facile de bien communiquer et que tout le monde peut le faire, mais laissez‑moi défendre la cause de ma profession un brin. S’investir dans une bonne propagation, ça veut également dire y consacrer des ressources, obtenir les personnes talentueuses à ce chapitre et recourir à leurs services. Si vous faites partie d’une grande institution, vous avez accès à une gamme de personnes douées et passionnées au sein de votre bureau des communications : n’hésitez surtout pas à faire appel à leurs services. Mais si vous n’avez pas ce privilège, peut‑être devrez‑vous alors consacrer aux communications davantage de ressources que vous ne l’avez fait par le passé, compte tenu de la grande importance de votre message. S’il est important d’améliorer vos compétences de communication à l’écrit et à l’oral, il est de plus en plus important de s’investir dans les compétences spécialisées que sont l’infographie, la visualisation de données, le développement et la conception Web, et le contenu vidéo. Les éléments infographiques affreux existent déjà en surnombre dans nos vies. Apprenez à connaître vos limites.

En cette époque où, malgré le recul des journaux classiques, les gens consultent et consomment plus de contenu que jamais, il faut voir à ce que la cause de l’enseignement supérieur ne se dissolve pas dans le brouhaha ambiant.

Matt Ross est agent des communications en matière de recherche du COQES.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *