Catégories
Autre membres du personnel COQES

Peur des finances : surmonter les obstacles de l’éducation postsecondaire

Une nouvelle conférence du COQES, intitulée Peur des finances : Littéracie financière et planification des études postsecondaires (3-4 nov.) portera sur la littéracie financière en éducation – la connaissance des coûts, des avantages et de l’aide liés à la poursuite d’études postsecondaires.
Cette conférence arrive à point. L’Ontario vient au premier rang du pays pour ce qui est de la participation aux études postsecondaires, mais si le nombre d’inscriptions augmente généralement, le nombre d’étudiants provenant de familles à faible revenu n’a pas changé au collège ou à l’université au cours des deux dernières décennies, alors que l’écart entre le quartile de revenu supérieur et le quartile de revenu inférieur s’est élargi. En outre, environ la moitié des étudiants à faible revenu qui poursuivent des études postsecondaires ne profitent pas des bourses et des prêts gouvernementaux auxquels ils sont admissibles. Force est de constater que les étudiants qui pourraient le plus profiter d’une aide financière n’y ont pas recours.
Les participants à la conférence prendront connaissance des plus récents résultats de recherche sur la littéracie financière à titre d’obstacle aux EPS, ainsi que des approches communautaires innovatrices pour améliorer la littéracie financière et la planification des études postsecondaires. La conférence réunira des éducateurs, des organisateurs communautaires, des innovateurs sociaux, des responsables de l’élaboration de politiques gouvernementales, des chercheurs et des décideurs, et se terminera par une séance de discussion sur les prochaines étapes à franchir en vue d’améliorer la littéracie financière, particulièrement chez les étudiants à faible revenu.
Depuis sa création en 2005, le COQES a mené une importante recherche sur la participation aux études postsecondaires par les étudiants sous-représentés en Ontario. Une attention particulière a été portée à l’accessibilité pour les étudiants à faible revenu, aux défis associés aux politiques et aux programmes d’aide aux étudiants et de droits de scolarité et à la complexité et à l’interdépendance des multiples obstacles (financiers et non financiers) à la participation aux EPS. Puisque les étudiants ont tendance à prendre des décisions sur les études supérieures tôt dans leur vie, il est vraisemblablement trop tard d’aborder les questions d’accessibilité au moment d’entreprendre des études postsecondaires (c.-à-d., 12e année).
Selon les résultats de recherche les plus à jour, les étudiants à faible revenu ont tendance à surestimer de beaucoup le coût des études postsecondaires, et les jeunes à faible revenu aussi bien que ceux à revenu élevé sous-estiment les avantages économiques des études universitaires. De plus, les programmes d’aide financière sont mal connus, même chez les étudiants de l’université qui bénéficient de prêts. Pourtant, il existe au Canada peu de programmes ciblant la littéracie financière en éducation et les jeunes à faible revenu. Ces derniers trouvent également que les processus de demande d’aide aux étudiants sont extrêmement complexes et ont une plus forte aversion aux prêts que leurs pairs. Il a été clairement montré que les renseignements fournis aux élèves du secondaire ne réussissent pas à modifier les attitudes ou les comportements. L’Ontario a récemment pris une mesure importante avec ses plans d’inclure la littéracie financière dans le curriculum du primaire et du secondaire. Apprenez-en davantage sur le problème et aidez à trouver des solutions potentielles en participant à la conférence Peur des finances : Littéracie financière et planification des études postsecondaires.
Peur Des Finances

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *