Points d’entrée pour les apprenants adultes : le COQES et OCAS s’associent pour analyser les effets du COVID sur les candidats aux collèges

Une étude collaborative du Sondage OCAS de 2021 sur l’expérience et les intentions des candidates et candidats révèle que le travail et l’école à distance ont créé des points d’entrée vers les collèges de l’Ontario pour les apprenants adultes. Le COQES et OCAS continueront à étudier les données du sondage sur les candidates et candidats pour mieux comprendre les effets à long terme de la pandémie sur les préférences d’apprentissage.

Auteur : Jackie Pichette


Quand les collèges et les universités de l’Ontario sont passés d’un enseignement majoritairement en personne à un enseignement majoritairement en ligne, ils ont déclenché une expérience de masse (en anglais seulement) dans l’enseignement. Le COQES y a vu une occasion d’explorer la manière dont les cours en ligne sont susceptibles d’affecter l’accès au postsecondaire et la réussite de groupes particuliers d’apprenants. Les chercheurs à travers le monde tirent déjà profit de cette possibilité et estiment que la transition vers un enseignement en ligne est susceptible d’avoir ouvert des portes pour les apprenants adultes, neuroatypiques (en anglais seulement) et à faible revenu. En particulier pour les apprenants adultes, les perturbations sur le marché du travail et les aménagements liés au travail à distance pourraient permettre un large accès.

Pour mieux comprendre les effets de la pandémie sur les personnes qui envisagent d’étudier au collège, en novembre 2021, le COQES s’est associé à OCAS, une organisation sans but lucratif offrant des technologies partagées et des services de demandes d’admission centralisés aux collèges publics de l’Ontario. Les deux organismes étaient désireux de tirer des données probantes des sources de données existantes pour contribuer à comprendre l’influence de la pandémie et des perturbations à l’œuvre telles que l’automatisation, la mondialisation et les changements démographiques, qui influent toutes sur l’enseignement.

Notre première collaboration a commencé par la définition des paramètres clés d’une entente d’échange de données. Nous avons ensuite travaillé ensemble pour modifier le Sondage OCAS de 2021 sur l’expérience et les intentions des candidates et candidats, conduit auprès des candidats aux programmes qui débuteraient à l’automne prochain. Nous avons collaboré pour établir des questions au sujet de l’influence de la pandémie sur les préférences d’apprentissage et les projets de demandes d’admission. OCAS a relié les réponses du sondage à des renseignements démographiques de base et a échangé des données dépersonnalisées et agrégées avec le COQES. Cela a permis aux chercheurs du COQES d’étudier les particularités des variations éventuelles des effets en fonction de paramètres comme l’âge et la situation professionnelle, offrant ainsi un aperçu utile visant à éclairer la planification stratégique d’OCAS et des collèges de l’Ontario. C’est un exemple fantastique de collaboration entre représentants scolaires qui échangent de manière sécurisée et productive des données. Ce type de collaboration peut et devrait se produire en l’absence d’infrastructure de données provinciale.

L’analyse des résultats du sondage OCAS des candidates et candidats, menée par le COQES, est disponible sous le nom de Possibilités d’enseignement à distance pour les apprenants adultes : Analyse des données relatives aux demandes d’admission auprès des collèges de l’Ontario pendant la pandémie de COVID-19, et a révélé que le travail et l’école à distance avaient en effet créé des points d’entrée pour les apprenants adultes de l’Ontario. Le COQES a codé les explications des répondants au sondage qui ont déclaré avoir postulé au collège plus tôt que prévu. Nombre de ces candidats avançaient avoir postulé plus tôt en raison du « chômage » et « d’une hausse de leur temps libre et de leur disponibilité ». Les candidats adultes (âgés de 25 ans et plus) estimaient généralement être plus enclins à l’enseignement à distance qu’avant la pandémie, des propos qui font écho aux déclarations des répondants employés à temps plein. Nos constatations sont en phase avec d’autres rapports des médias de l’Ontario (en anglais seulement) qui suggèrent que les apprenants adultes misent sur l’augmentation des temps de loisirs et la flexibilité de l’apprentissage en ligne pour accéder au postsecondaire.

Nos conclusions, qui comprennent également des perspectives à propos des étudiants qui postulent directement à la sortie du secondaire, nous rappellent que les collèges devraient faire une pause avant de retourner à la « normale ». Si les réponses au sondage OCAS de 2021 sur les candidates et candidats montrent une augmentation de l’ouverture d’esprit des adultes face à l’apprentissage en ligne, les collèges devraient en tenir compte alors qu’ils s’efforcent d’optimiser la répartition des offres de cours en ligne et en classe pour les prochains semestres. Les apprenants qui préfèrent un environnement d’apprentissage virtuel devraient pouvoir être en mesure de choisir leurs cours sous ce format, et ce indépendamment des restrictions liées à la pandémie. Comme illustré dans le cadre d’une étude précédente du COQES, faire preuve de flexibilité et offrir le choix profitent à tous les étudiants.

Ces constatations ne sont que les premières, issues de la collaboration productive entre le COQES et OCAS. Au cours de l’année prochaine, le COQES et OCAS travailleront à nouveau ensemble pour étudier les résultats du Sondage de 2022 sur l’expérience et les intentions des candidates et candidats, en incluant cette fois-ci des questions traitant des besoins d’accès et des interrogations plus nuancées à propos de l’apprentissage en ligne (p. ex., pour comprendre si les étudiants préfèrent un apprentissage complètement en ligne, hybride ou des cours mixtes et selon quelle combinaison). Ces données nous permettront de mieux comprendre les effets actuels de la pandémie sur les préférences d’apprentissage et la manière dont ces effets varient en fonction de caractéristiques démographiques — et donc d’orienter les collèges pour qu’ils offrent des programmes et des services qui correspondent aux besoins des étudiants.

Ne manquez pas notre rapport de suivi de l’année 2022 et plus de collaborations à venir entre le COQES et OCAS.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.