Catégories
Non classé

Les retombées de la fermeture des écoles et du téléapprentissage en situation d’urgence chez les élèves de 12e année au printemps 2020 : constatations préliminaires de Toronto

Le rapport Les retombées de la fermeture des écoles et du téléapprentissage en situation d’urgence chez les élèves de 12e année au printemps 2020 : constatations préliminaires de Toronto a été rédigé par Kelly Gallagher-Mackay et Robert S. Brown en collaboration avec le service de recherche du Conseil scolaire du district de Toronto.

De nouvelles données du TDSB donnent un premier aperçu des résultats des élèves pendant la période d’« apprentissage à distance en situation d’urgence »

Malgré les préoccupations concernant le passage à l’apprentissage à distance au début de la pandémie de COVID-19, un nouveau rapport du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES) révèle qu’un plus grand nombre d’élèves de Toronto étaient en mesure d’obtenir le nombre de crédits nécessaires pour obtenir leur diplôme après la fermeture initiale des écoles au printemps 2020 comparativement aux années précédentes. De plus, les notes globales pour les cours ont augmenté et le nombre de décrocheurs a diminué. Pour la première fois au Canada, ce rapport donne un aperçu de l’expérience des élèves du secondaire qui se sont vu imposer l’apprentissage à distance en situation d’urgence en raison de la pandémie.

Le rapport intitulé Les retombées de la fermeture des écoles et du téléapprentissage en situation d’urgence chez les élèves de 12e année au printemps 2020 : constatations préliminaires de Toronto s’appuie sur un ensemble unique de données longitudinales à grande échelle du Conseil scolaire du district de Toronto (TDSB) concernant près de 34 000 élèves qui en étaient à leur quatrième année du secondaire en 2018-2019 ou en 2019-2020. Ce rapport examine les répercussions de la fermeture des écoles et du passage à l’enseignement à distance qui ont eu lieu entre mars et juin 2020, y compris des analyses des notes des élèves et de l’accumulation des crédits requis pour l’obtention du diplôme d’études secondaires. Les élèves de l’année 2019-2020 touchés par l’apprentissage à distance en situation d’urgence sont comparés avec les élèves de l’année précédente, notamment au moyen d’analyses des répercussions sur des sous-groupes particuliers comme les élèves ayant des besoins spéciaux et les élèves de première génération.

Le pourcentage d’élèves ayant obtenu 30 crédits ou plus à la fin de leur quatrième année d’études secondaires a augmenté d’environ 3,5 % pendant la période d’enseignement à distance en situation d’urgence au printemps 2020. Cela représente 650 diplômés de plus que l’année précédente. En moyenne, les notes obtenues par les élèves ont augmenté de plus de 4 %, les plus fortes hausses étant observées chez les élèves du groupe de rendement intermédiaire, ceux qui, au cours des autres années, pouvaient avoir obtenu un ou deux crédits de moins que 30 crédits en quatre ans ou qui auraient obtenu des notes entre 60 et 75 %.

Ces constatations illustrent probablement des changements de politiques au niveau provincial et au niveau des conseils scolaires visant à soutenir le rendement des élèves pendant une période difficile. Lorsque l’enseignement en personne a cessé en mars 2020, le gouvernement de l’Ontario a mis en place une politique selon laquelle les notes des élèves ne pouvaient pas diminuer à partir de ce moment au cours de l’année scolaire. De plus, le TDSB a réduit la pondération des examens finaux et a instauré de nouvelles approches pédagogiques pour s’adapter au passage à l’enseignement en ligne.

Bien que la majorité des hausses de notes et du nombre de crédits aient touché les élèves à rendement intermédiaire, plusieurs groupes d’élèves à rendement généralement plus faible ont affiché des augmentations plus importantes. Les élèves de sexe masculin ont enregistré des hausses plus importantes que les élèves de sexe féminin, et les élèves dont les parents n’avaient pas fait d’études universitaires ont affiché des augmentations plus importantes que ceux dont les parents avaient fréquenté l’université. De plus, les élèves qui avaient un plan d’enseignement individualisé et qui n’avaient pas suivi le processus officiel d’éducation de l’enfance en difficulté d’un comité d’identification, de placement et de révision ont obtenu plus de crédits que les élèves qui présentaient une anomalie définie et ont amélioré davantage leurs notes que ces derniers.

Ces constatations donnent à croire que les efforts visant à protéger les élèves des pires conséquences potentielles du passage soudain à l’apprentissage à distance ont porté fruit à court terme. Toutefois, les lacunes sur le plan des connaissances et des compétences des diplômés demeurent préoccupantes. Compte tenu de l’augmentation du nombre de crédits accumulés et de l’amélioration des notes, les collèges et les universités pourraient voir un bassin plus important d’étudiants qui souhaiteront entreprendre des études postsecondaires. Les établissements d’enseignement postsecondaire devraient définir, utiliser et évaluer des stratégies pour combler les lacunes dans les compétences et les connaissances des étudiants entrants à l’automne 2021 et, vraisemblablement, en 2022 également.

Ce rapport est le premier de deux documents appuyés par le COQES pour examiner les répercussions de la fermeture d’urgence des écoles entre mars et juin 2020 sur les résultats des élèves du secondaire. Une suite de ce rapport visera à établir si la fermeture des écoles et l’apprentissage à distance en situation d’urgence ont entraîné des changements sur le plan des demandes d’admission au niveau postsecondaire et quels sont les changements, le cas échéant.